13 février 2009

Libération Bordeaux

Le tribunal annule l'expulsion d'un géorgien engagé contre la traite humaine

REFUGIES - Nugzar Sulashvili, 43 ans, pourra rester en France. Le tribunal administratif de Bordeaux a finalement annulé hier l'arrêté d'expulsion pris par la préfecture de Dordogne à l'encontre du militant des droits de l'Homme géorgien menacé dans son pays et de sa femme. «Le tribunal a reconnu la qualité des témoignages, ainsi que les preuves de son militantisme humanitaire et la réalité des risques encourus», a indiqué son avocat Me Gilles Piquois.

Ancien avocat, fondateur en Georgie de FCRS, une ONG de défense des droits des migrants et de lutte contre la traite des êtres humains, Nugzar Sulashvili, 43 ans, s’était réfugié en France depuis quatre ans. Il avait déposé avec sa femme et leurs deux enfants de seize et trois ans, un recours contre l'arrêté d'expulsion prononcé à leur encontre le 15 octobre. A l'audience, le commissaire du gouvernement, chargé de dire le droit, avait demandé le rejet de cette requête. Il n’a pas été suivi par le tribunal qui a manifestement été sensible au parcours et à l’engagement de la famille.

Son avocat avait affirmé à l’audience que M. Sulashvili avait reçu des menaces de mort dans son pays pour avoir «mis en cause des députés et le procureur général adjoint» géorgiens dans un trafic de visas, et dénoncé la collusion entre les autorités et la mafia. L'association de défense des droits des étrangers, FCRS, créée en Géorgie en 1999 par Nugzar Sulashvili, fonctionne toujours actuellement. Une représentante de l'ONG la Coalition contre la traite des femmes, Claire Malka Marcovich, qui finance toujours une partie des activités de la structure, était venue témoigner de son fondateur.

Posté par Malka Marcovich à 22:01 - - Permalien [#]